40

Présentation de l'éditeur

La huitième histoire.
Dix-neuf ans plus tard.

Être Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il travaille au coeur des secrets du Ministère de la Magie.
Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu.
Quand passé et présent s'entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité: les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus.

L'avis d'Audrey

Quel plaisir de retrouver l'univers magique créé par J.K. Rowling.
Des années qu'on attendait cette suite et c'est avec un peu d'appréhension que j'ai ouvert ce "8ème opus" et quelle ne fut pas ma surprise.
Tout est là : Poudlard, Dumbledore, Harry, Hermione, Ron, Ginny et la toute nouvelle génération qu'on avait découverte sur le quai de la gare 9 3/4.
Ceux qu'on a perdus lors des batailles sont là aussi. Leurs souvenirs sont présents et quand le passé se mélange au présent, leurs présences se font plus fort encore.

Harry, Ginny, Ron, Hermione, Drago ont bien vieilli. A presque 40 ans, ils laissent leurs enfants partir pour Poudlard.
James, Albus et Lily Potter, sont rejoints par Rose et Hugo Granger-Weasley et par Scorpius Malfoy.  Qui aurait pu prédire que les fils de deux ennemis jurés deviendraient amis ? Personne, hormis Rowling et sous sa plume, nous sommes entraînés dans l'aventure de cette nouvelle génération qui pourrait bien faire de l'ombre à Fred et Georges...

J'ai vraiment passé un excellent moment.
J'ai voulu tuer Harry pas moins de 100 fois.
Ron est à mourir de rire, Hermione a la place qu'elle a amplement mérité.
Drago est d'une tendresse infinie (comme le bon vin, il s'est bonifié avec le l'âge).
Ginny est toujours le pilier solide de l'équipe.
Minerva McGonagall est la digne remplaçante de Dumbledore et Rogue.
Albus et Scorpius sont attendrissants et j'aime autant ces deux enfants que j'ai aimé leurs parents à l'époque.

Je suis passée de nombreuses fois du rire aux larmes. C'est fou ce que l'on peut ressentir en sachant que ce n'est pas un roman.
Pendant 341 pages, nous ne sommes qu'en présence de dialogues et pourtant tout est là pour nous faire ressentir chaque action.

J'ai retrouvé mes 10 ans et un univers que je n'ai jamais quitté.
Il ne manque plus qu'un film (ou que la pièce arrive en France), pour que cette nouvelle boucle soit bouclée... Jusqu'à la prochaine....

PS: attention... méfiez-vous des théories des fans d'Harry Potter.... Certaines se sont révélées exactes.... Saurez-vous deviner lesquelles?