therapie-du-crime-1023645-264-432

Merci aux éditions Pygmalion pour ce service presse

Présentation de l'éditeur :

Alice Rivière est une psychologue peu conventionnelle. L’incongruité, c’est son truc. Elle ne fait rien comme personne et c’est même la raison pour laquelle on vient la voir. D’ailleurs, si elle pouvait parler de ce qu’on lui confie lors de ces séances, elle aurait des centaines d’histoires à raconter. Mais la discrétion est une règle d’or. Une règle fortement ébranlée par la réapparition du commandant Xavier Capelle qui vient lui soutirer des informations sur un de ses patients. Encore faudrait-il qu’elle accepte de l’aider et qu’elle lui pardonne l’humiliation subie seize ans plus tôt. Et pour ça, il peut toujours courir...

L'avis de Ninou :

Au moment où je vous écris, je ne sais pas encore comment va finir cette chronique...

En temps normal, mon plan est clair et je sais où je vais, mais là, disons que je suis encore un peu comme ça :

thumb image

Sans entrer dans l'histoire, je vais plutôt vous confier mon ressenti. 

On ne va pas se mentir, à la base je ne suis pas du tout une lectrice de thriller ou d'enquête policière, bien que le côté flipette me fasse souvent reculer (je sais que certains confrères de Maxime sont fortiches pour nous faire ronger les ongles) c'est surtout que le côté intrigue ne m'intrigue pas, oui, c'est ballot c'est le but premier de ce type de littérature, enfin il me semble (mdr). 

Bon le gros point noir de Thérapie du crime, à mon sens, c'est qu'il n'y a qu'un seul suspect possible, là où l'enquête se corse pour le commandant Xavier Capelle, c'est que le meurtrier est intouchable de prime abord, il lui faudra ne pas se résigner à baisser les bras malgré les bâtons qui se succéderont dans ses roues.

Du coup, peut-on réellement le qualifier de thriller ?

C'est ma question, parce que si je devais le ranger dans une petite case, ben il n'entre dans aucune. Pareil pour la romance, ce n'est pas de la romance pure et dur, mais du bonus, qui nous permet de pimenter le jeu, d'ailleurs qui a écrit ces scènes torrides?!

 

Je veux savoir (mdr)! 

Roger Rabbit Please GIF - RogerRabbit Please Crying GIFs

Alors oui, c'est un bon roman, un one shot qui a une fin complètement assumée (oui oui Mme Jomain je ne me remets toujours pas de la fin de Quand la nuit devient jour), mais quand je repense aux merveilleux moments que m'ont fait vivre Sophie et Maxime sur le tome 3.5 de la série Félicity Atcock, j'avais passé 134 pages à me marrer de leurs répartis. Et c'est ce qui fait que je suis un tantinet déçue de ne pas avoir eu le même genre d'échange entre Alice et Xavier. 

Voilà, où est mon problème, c'est un bon roman, mais quand on a expérimenté les deux auteurs ensemble sur d'autres projets ou voir leur complicité lors des salons, et bien, ça me semble trop sérieux pour eux.

Ce n'est pas mon côté Harley Quinn qui parle mais, prévenez-moi quand vous serez redevenus des sales gosses ;)

Bonne lecture les mordus, 

Ninou :p